Le Tennis de Table – un sport en pleine mutation

Il est constaté une proportion de licences promotionnelles qui augmente, une demande de plus en plus variée de nos pratiquants, mais aussi le souhait d’un tennis de table libre mais organisé. Seulement ¼ des personnes se disant pratiquant le tennis de table dans une structure organisée sont licenciés de la FFTT. Les clubs doivent certainement innover en terme d’offre de pratique pour fidéliser et recruter de nouveaux publics. Tous les joueurs ne recherchent pas la performance en classement ni même la technique, il faut donc certainement proposer un tennis de table adapté à la mouvance moderne : le « sport santé » et/ou le « Ping santé ».

Dans une enquête très récente sur l’image du tennis de table en France, il apparaît que le tennis de table est vu comme un sport assez exigeant, mais où on a du mal à s’intégrer dans le club, car celui-ci est axé principalement sur la compétition (le club est défini comme entre soi compétitif) et manque d’ouverture sur les autres (prospective d’ouverture sur les loisirs). Partant de ce constat, il apparaît nécessaire pour se développer de recruter prioritairement un autre public que celui passionné par la compétition par équipes de tennis de table.

Les objectifs pour l’olympiade 2016-2020

Ce projet sportif résume le Plan de Développement du comité de la Vienne  déposé auprès des services de l’état à l’occasion du CNDS 2012.

Réussir le développement quantitatif et bien se structurer

  • un secrétariat plus performant (modernisation des outils de travail)
  • des commissions efficaces (arbitrage, technique et développement)
  • un comité directeur avec davantage de clubs représentés (12 clubs actuellement /23)
  • un site internet rénové, un flyer présentant le comité, de nouveaux kakémonos
  • mise en place de réunions de secteurs afin d’être mieux être à l’écoute des clubs
  • de nouveaux produits de communication (goodies, affiches, tee-shirts, …) seront créés
  • recherche de partenaires privés
  • les bonnes relations avec les partenaires institutionnels seront maintenues
  • l’objectif sera d’atteindre les 2 000 licenciés en fin d’olympiade
  • créer 4 nouveaux clubs
  • sensibiliser au développement de la pratique « loisir » et « de santé »
  • inciter les clubs à l’accueil des sportifs handicapés 
  • motiver les clubs à s’ouvrir davantage vers les nouveaux publics
  • inciter les clubs à organiser des animations promotionnelles (Promo Ping, forums des associations, centres commerciaux, …)
  • inciter les clubs à se servir des outils de développement fédéraux (Méthode Française, Pass’Ping”,..)
  • motiver à l’organisation de Premiers Pas Pongistes locaux
  • être encore plus performant dans le recrutement en milieu scolaire
  • développer les partenariats avec l’USEP, l’UNSS et la FNSU et les fédérations Handisport et Sport Adapté
  • atteindre les 25% de licenciées en fin d’olympiade
  • adapter nos compétitions (mixité ou non en fonction des ressentis de terrain)
  • développer et rénover le championnat féminin départemental
  • organiser une journée festive annuelle réservée aux féminines
  • proposer des stages réservés aux féminines
  • inciter à la création de créneaux féminins au sein des clubs
  • proposer des actions promotionnelles ciblées (invitations aux rencontres « Pro Dames », stages avec des joueuses de bon niveau, …)
  • sensibiliser les féminines à la prise de responsabilités associatives
  • rechercher une meilleure communication (site internet du comité, presse, affichage, …)
  • moderniser l’organisation de nos compétions (aller vers l’informatisation systématique)
  • proposer des épreuves plus courtes (recherche de formules adaptées)
  • créer un livret du jeune pongiste permettant de faciliter une meilleure compréhension de nos compétitions
  • augmenter le nombre de tournois organisés en Vienne
  • sensibilisation de terrain accrue
  • aide financière du comité pour les formations fédérales
  • inciter à la formation continue
  • pérenniser les emplois existants
  • favoriser la création de nouveaux emplois mutualisés
  • développer les missions de service civique dans les clubs, mais aussi au sein du comité
  • organiser une épreuve régionale ou inter-régionale toutes les deux saisons
  • dynamiser les stages départementaux
  • aide matériel et pédagogique aux clubs formateurs 
  • aide matériel et pédagogique aux clubs en milieu rural ayant des projets de développement
  • favoriser les projets de création de nouvelle section sportive
  • développer les partenariats avec les écoles primaires et les collèges pour « mieux entraîner » les jeunes espoirs
  • développer notre implantation dans les écoles maternelles et primaires
  • s’adapter aux nouveaux rythmes scolaires en étant très présent dans ce type de dispositif
  • inciter la mise en place de créneaux « moins de 7 ans » pour les clubs formateurs
  • sensibiliser les clubs à l’organisation du Premier Pas Pongiste pour les « 4 à 7 ans »
  • continuer à structurer le CDEF 86
  • mieux individualiser le suivi des jeunes ayant un profil prometteur
  • proposer des stages départementaux attractifs pour les plus jeunes